Le cri étouffé

Malgré son excellente qualité, le stéthoscope ne peut faire entendre au médecin le cri sourd qu’elle n’a jamais pu émettre.

Ce cri qui s’est réveillé sous la forme d’une douleur vive comme un coup de poignard planté en plein milieu de sa poitrine.

Il a beau palper et sonder la femme, cet hurlement coincé qui se niche entre son thorax et sa gorge depuis tellement d’années et qui a décidé de se faire entendre cette nuit par une douleur déchirante, lui reste hors de portée.

S’il vous plaît, ne me dites pas que je suis gentille – 2/3

Quelque part, à l’intérieur de moi, ça criait : Tout sauf ça !

Fallait trouver un moyen de l’éviter à tout prix. Tout simplement parce que ça faisait trop mal, et qu’en tant qu’humaine normalement constituée, je ne souhaitais pas souffrir.

Une partie de moi comprit vite que la gentillesse et la douceur, faire plaisir à autrui, se mettre dans ses chaussures et anticiper ses besoins, ça marchait plutôt bien comme stratégie d’apaisement…

S’il vous plaît, ne me dites pas que je suis gentille – 1/3

S’il vous plaît, ne me dites pas que je suis gentille – 1/3

Tu es si gentille, si douce…

De jolis compliments que l’on se devrait d’apprécier, n’est-ce pas ?

En fin de compte, la gentillesse et la douceur sont des qualités tout à fait honorables dont le monde aurait tant besoin…

Eh bien, lorsque ces mots m’étaient adressés, une partie de moi, bien refoulée mais hurlant tellement fort que je ne pouvais l’ignorer, sentait de l’horripilation en m’entendant ainsi décrite.

Le contournement spirituel

Le contournement spirituel

Lorsqu’on est sur un chemin intérieur qu’il soit spirituel ou pas, il peut être tentant de contourner les aspects les plus pénibles et douloureux de notre être qui appellent notre attention en nous abritant sous des pratiques et un vocabulaire positif et lumineux.
Gare au piège du contournement spirituel !!

Eh non mon enfant… Tu ne sauveras point le monde ! Partie 3/3

Eh non mon enfant… Tu ne sauveras point le monde ! Partie 3/3

Le jour où tout a basculé, c’était le jour l’anniversaire de ma tante Pili.

Ma tante Pili – qui en réalité n’est pas ma tante mais au Mexique, d’où je viens, on appelle « tia » et « tio » (tante et oncle), aux amis très proches de la famille – est une femme extraordinaire.

Cela faisait une éternité qu’on ne s’était pas eues au téléphone.
Je vous passe les détails des réjouissances de s’entendre de nouveau et le bonheur de retrouver cet amour intacte, comme si le temps n’était pas passé par là.

Le drame de « comprendre » l’autre

Le drame de « comprendre » l’autre

Question : Lorsque l’autre fait un truc vraiment pas OK…, vous arrive-t-il de tellement bien comprendre son passé, son histoire et l’endroit depuis lequel il ou elle a agi que votre colère disparaît aussitôt, comme par magie ?
Si oui, avez-vous l’impression que c’est une bonne chose ?

Pour ma part, j’estime que c’est un draaaame !! Et je vous explique pourquoi…

Abonnez-vous à ce blog par e-mail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail